Conclusion

     Nous avons donc vu que les substances dopantes utilisées sont propres à chaque type de sport, de part leurs facultés spécifiques. Ainsi les sports endurants ont logiquement tendance à favoriser les substances améliorant l'apport d'oxygène aux muscles, tandis que les sportifs pratiquant des sports explosifs préfèrent celles augmentant la masse musculaire. Toutefois le fait de se doper induit souvent de nombreux effets secondaires néfastes à la santé.

      Pourtant, le dopage est un phénomène de plus en plus courant, puisque la pression subie par les sportifs, qu'elle soit médiatique, financière ou uniquement physique (Bjorn Bord disputait 40 matchs par an, tandis que Federer en dispute de nos jours plus de cent) est de plus en plus importante. De plus, l'apport financier peut être motivant : 100 000€ par an destinés au dopage peuvent générer un revenu brut annuel de 3 millions d'euros.

 

      Le dopage est une pratique qui se banalise au sein du monde sportif, mais qui reste toutefois difficile à admettre par l'opinion publique.

 

     De même la lutte contre le dopage est de plus en plus difficile du fait de l’évolution croissante des progrès scientifiques, qui permettent la mise au point de substances et méthodes de plus en plus sophistiquées et indécelables. Les laboratoires antidopage mettent au point des tests de plus en plus subtils comme le passeport biologique : le principe est de ne pas se focaliser sur la présence de substances interdites mais plutôt leurs effets sur l'organisme en surveillant régulièrement la composition du sang (taux des différentes molécules). Mais les tricheurs trouvent à leur tour de nouveau subterfuges, généralement détournés de leurs fonctions thérapeutiques. Dernière trouvaille même pas sortie des laboratoires, la thérapie génique est une méthode qui consiste à introduire directement dans les cellules musculaires ou autre, un gène plus performant à travers un virus inoffensif vecteur. L'ADN dirigerait par exemple la production de protéines permettant une meilleure résistance des ligaments et tendons.

 

     Il s'agit donc d'une course permanente entre les inspecteurs et les contrevenants.

 

     Toutefois, certaines personnes détiennent naturellement ces gènes plus performants, ce qui leur donne un certain avantage, et peut conduire à des soupçons de dopage ; tandis que les sportifs dopés sont artificiellement avantagés face aux sportifs respectueux des règles, ce qui apporte une nouvelle dimension dans le monde du dopage : en effet, pour égaliser les chances des sportifs, certains se posent la question de la légalisation du dopage ?

 

 


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site